Qu’est ce qu’on fait de Maman ?  -   Jean-Baptiste Mechernane Info

 

Mon frère m’appela un bon matin, vers les huit heures : « Salut Antoine. Il faut que je te parle. » J’étais en caleçon devant mon café. Je fumais une cigarette en écoutant les infos à la radio. Je pestais sur les injustices, sur le sort des civils dans ces conflits qui défiguraient l’humanité, sur le résultat du football qui comptait plus que le massacre d’un village puisqu’il ouvrait le journal. Tout était en somme habituel, jusqu’à ce coup de fil. Je sus instantanément qu’il s’agissait d’une affaire sérieuse.
Tout aîné qu’il était, mon frère ne m’appelait jamais par mon prénom. Les occasions où il le fit étaient proprement exceptionnelles. La première fois, j’étais mourant à l’hôpital, frappé par une méningite bactérienne. La deuxième, mon frère exultait sa joie de devenir père. La troisième, il m’annonça le décès de papa, foudroyé par une rupture d’anévrisme en plein sommeil. C’était il y a dix-huit mois.

Le reste du temps, Michel — que je ne voyais pour ainsi dire jamais — m’appelait « crapaud ». Il m’avait affublé de ce charmant surnom parce que la première fois qu’il me vit, les jambes arquées, repliées comme les replient les nouveau-nés, le visage congestionné, cintré de bourrelets, il ne put s’empêcher de me comparer à un batracien. Trente-cinq ans de « Crapaud, passe-moi le sel », « Hé crapaud, va me chercher des clopes », « Crapaud, tu ne réussiras jamais ta vie », et j’en passe. Ce détail peut servir à illustrer l’ascendance pénible que mon frère exerçait sur moi.

Je bus mon café fissa, écrasai ma cigarette si mal qu’elle se consuma lentement pendant que je m’habillais. Devant le miroir, dans la salle de bain, des bribes de phrases s’échappaient de mes lèvres : « Qu’est-ce qu’il fout là ? », « Qu’est-ce qu’il va m’annoncer ? », « C’est quoi ce bordel ? » La surprise avait rapidement fait place à une profonde inquiétude.

Previous Page Next Page
 

Mon frère m’appela un bon matin, vers les huit heures : « Salut Antoine. Il faut que je te parle. » J’étais en caleçon devant mon café. Je fumais une cigarette en écoutant les infos à la radio. Je pestais sur les injustices, sur le sort des civils dans ces conflits qui défiguraient l’humanité, sur le résultat du football qui comptait plus que le massacre d’un village puisqu’il ouvrait le journal. Tout était en somme habituel, jusqu’à ce coup de fil. Je sus instantanément qu’il s’agissait d’une affaire sérieuse.
Tout aîné qu’il était, mon frère ne m’appelait jamais par mon prénom. Les occasions où il le fit étaient proprement exceptionnelles. La première fois, j’étais mourant à l’hôpital, frappé par une méningite bactérienne. La deuxième, mon frère exultait sa joie de devenir père. La troisième, il m’annonça le décès de papa, foudroyé par une rupture d’anévrisme en plein sommeil. C’était il y a dix-huit mois.

Le reste du temps, Michel — que je ne voyais pour ainsi dire jamais — m’appelait « crapaud ». Il m’avait affublé de ce charmant surnom parce que la première fois qu’il me vit, les jambes arquées, repliées comme les replient les nouveau-nés, le visage congestionné, cintré de bourrelets, il ne put s’empêcher de me comparer à un batracien. Trente-cinq ans de « Crapaud, passe-moi le sel », « Hé crapaud, va me chercher des clopes », « Crapaud, tu ne réussiras jamais ta vie », et j’en passe. Ce détail peut servir à illustrer l’ascendance pénible que mon frère exerçait sur moi.

Je bus mon café fissa, écrasai ma cigarette si mal qu’elle se consuma lentement pendant que je m’habillais. Devant le miroir, dans la salle de bain, des bribes de phrases s’échappaient de mes lèvres : « Qu’est-ce qu’il fout là ? », « Qu’est-ce qu’il va m’annoncer ? », « C’est quoi ce bordel ? » La surprise avait rapidement fait place à une profonde inquiétude.

page précédente
sur 13
Page suivante
Terre d’Auteurs

Terre d’Auteurs est une maison d’édition indépendante et passionnée.


Terre d'Auteurs publie des talents confirmés et émergents. Qualité, accessibilité et économie solidaire sont ses lignes directrices. Elle a pour objectif de devenir une plateforme de rencontres pour les créateurs d'aujourd'hui.

Terre d'Auteurs offre au lecteur des textes, de l'audio et des illustrations, fruits de collaborations artistiques exigeantes.

Next
Next