Le lapin bleu de petit paul (3/20)  -   Martine Papiernik Info

 

Les mains dans les poches, Sam monte les escaliers en sifflotant. Monter à pied ces cinq étages est sa seule concession au mythe du sport salvateur. La vérité, qu’il n’avouera jamais, c’est qu’il n’aime pas les ascenseurs. En tous cas, pas quand il est seul. Peut-être a-t-il inscrit dans sa mémoire primitive le souvenir d’incarcérations douloureuses. Il entre dans son laboratoire, salue les gens à la cantonade.
— Vous avez vu Irène, demande-t-il ?

Personne ne l’a encore vue aujourd’hui, et il se dirige vers le bureau de Lisa pour satisfaire sa curiosité. Il n’a pas réussi à rencontrer Irène depuis qu’elle est rentrée de New-York, et il espère que Lisa va lui parler d’elle, même si habituellement elle est réticente à disserter sur la vie de ses collaborateurs.
— Tu as vu Irène ?
— Bien sûr que j’ai vu Irène, elle est venue pour me voir, non ?

Le ton de Lisa est ironique. Elle sait que Sam meurt d’envie de savoir comment s’est passé l’entrevue, et elle décide de le renseigner à moitié.
— Elle n’est restée que trois ans à New York. Mais la vie est un peu compliquée pour elle là-bas, et elle a décidé de rentrer définitivement. Malgré les difficultés, elle a fait un très bon travail dans ce labo, et elle a constitué un dossier solide. Elle voulait être sûre que je la soutiendrai pour obtenir un poste permanent chez nous. C’est une bonne recrue, je n’ai aucune raison de le lui refuser.
— Elle t’a parlé d’Odette ?
— Elle m’a demandé si nous l’avions revue. Je lui ai dit qu’elle avait trainé dans le quartier pendant quelque mois après son éviction du laboratoire, et que nous ne l’avions pas aperçue depuis longtemps.
— J’ai cru l’apercevoir sur le trottoir, en face de la faculté il y a quelque temps, mais je m’étais trompé. C’était quelqu’un qui avait un peu son allure de loin, mais ce n’était pas elle. J’ai réfléchi à notre attitude à cette époque. Nous avons peut-être été trop sévères à son égard. Elle est un peu toquée, c’est tout, et qui ne l’est pas. Elle n’a finalement tué personne, et Irène s’en sort très bien !

Previous Page Next Page
 

Les mains dans les poches, Sam monte les escaliers en sifflotant. Monter à pied ces cinq étages est sa seule concession au mythe du sport salvateur. La vérité, qu’il n’avouera jamais, c’est qu’il n’aime pas les ascenseurs. En tous cas, pas quand il est seul. Peut-être a-t-il inscrit dans sa mémoire primitive le souvenir d’incarcérations douloureuses. Il entre dans son laboratoire, salue les gens à la cantonade.
— Vous avez vu Irène, demande-t-il ?

Personne ne l’a encore vue aujourd’hui, et il se dirige vers le bureau de Lisa pour satisfaire sa curiosité. Il n’a pas réussi à rencontrer Irène depuis qu’elle est rentrée de New-York, et il espère que Lisa va lui parler d’elle, même si habituellement elle est réticente à disserter sur la vie de ses collaborateurs.
— Tu as vu Irène ?
— Bien sûr que j’ai vu Irène, elle est venue pour me voir, non ?

Le ton de Lisa est ironique. Elle sait que Sam meurt d’envie de savoir comment s’est passé l’entrevue, et elle décide de le renseigner à moitié.
— Elle n’est restée que trois ans à New York. Mais la vie est un peu compliquée pour elle là-bas, et elle a décidé de rentrer définitivement. Malgré les difficultés, elle a fait un très bon travail dans ce labo, et elle a constitué un dossier solide. Elle voulait être sûre que je la soutiendrai pour obtenir un poste permanent chez nous. C’est une bonne recrue, je n’ai aucune raison de le lui refuser.
— Elle t’a parlé d’Odette ?
— Elle m’a demandé si nous l’avions revue. Je lui ai dit qu’elle avait trainé dans le quartier pendant quelque mois après son éviction du laboratoire, et que nous ne l’avions pas aperçue depuis longtemps.
— J’ai cru l’apercevoir sur le trottoir, en face de la faculté il y a quelque temps, mais je m’étais trompé. C’était quelqu’un qui avait un peu son allure de loin, mais ce n’était pas elle. J’ai réfléchi à notre attitude à cette époque. Nous avons peut-être été trop sévères à son égard. Elle est un peu toquée, c’est tout, et qui ne l’est pas. Elle n’a finalement tué personne, et Irène s’en sort très bien !

page précédente
sur 3
Page suivante
Next
Next